• Contes hindousVieux conte hindou (sagesse)

    Nandi Vishala était une vache heureuse. Elle vivait dans la maison d'un brahmane à qui elle avait été offerte. Il en prenait grand soin. Tous les jours, le brahmane travaillait dans les champs avec Nandi Vishala et rentrait pour la nourrir, la brosser. C'était sa seule amie. Il se surprenait même à lui parler !! Un jour, Nandi Vishala se dit " Mon maître a toujours été bon pour moi, je vais essayer de l'aider!" - Mon bon maître, dit-elle à haute voix, écoute-moi bien et fais exactement ce que je te dis. Va trouver le plus riche marchand de la ville et propose-lui un marché: parie toutes tes économies en lui disant que ta vache est la seule de la ville capable de tirer 100 charrettes remplies de sable et de cailloux... Le brahmane se retourna pour voir qui lui parlait. "Je dois être fou, pensa-t-il, voila maintenant que j'entends des voix!". - Non mon maître, tu n'es pas fou et c'est bien moi, Nandi Vishala qui te parle, poursuivit-elle en devinant les pensées de son maître. - Alors c'est vrai?!! C'est bien ma vache qui me parle?... s'exclama-t-il encore retourné, avant de se reprendre : - Mais que me proposes-tu là? Parier toutes mes économies et ainsi perdre le bénéfice de toute une vie? Jamais! - N'as-tu donc pas confiance en moi sur qui tu as toujours pu compter? s'étonna Nandi Vishala. Va et fais ce que je te dis de faire, insista-telle. Crois-en moi! Le brahmane réfléchit quelques instants et décida de se lancer. Après tout, Nandi Vishala n'avait-elle pas toujours été une bonne vache sur laquelle il avait toujours pu compter, en toute circonstances?.... Le lendemain matin, notre homme s'en alla alors rendre visite au plus gros négociant du village. Il trouva celui-ci de fort bonne humeur et voici ce qu'il lui dit: - Pouvez-vous me dire, Monsieur, quelles sont les bêtes les plus fortes des alentours? - Pour sûr que je peux te le dire, mon ami, ce sont les miennes! Les plus belles vaches et les plus puissantes, ça, tu peux me croire! - Attendez seulement d'avoir vu la mienne et je vous parie que vous changerez d'avis! - Oh oh! Mais tu es bien hardi! Tu me plais. Eh bien soit, dis-moi où tu veux en venir? - Je vous parie 1000 roupies que ma vache peut tirer 100 charrettes pleines de sable et de cailloux sur plusieurs centaines de mètres... Le sourire fendant son visage en deux, le négociant qui n'en croyait pas ses oreilles décida sur le champ de donner une bonne leçon à ce brahmane un peu trop présomptueux, et lui dit: - Pari tenu! Je suis bien impatient de voir ça! Mes vaches toutes puissantes qu'elles sont, en seraient bien incapables. Rendez-vous fut donc pris pour le lendemain. Nandi Vishala et son maître arrivèrent de bonne heure. Les charrettes étaient déjà remplies et tout était en ordre. Le marchand leur expliqua: - Pour gagner tes 1000 roupies, voilà ce que devra faire ta vache. Je reste devant cet arbre d'où elle partira. Elle doit tirer jusqu'à ce que la dernière charrette soit devant moi. Es-tu d'accord? - Entendu! dit le brahmane. Ce dernier commençait sérieusement à réfléchir. En effet, sa vache lui avait assuré qu'elle ne pouvait échouer et il s'imaginait déjà ce qu'il ferait des 1000 roupies qu'il allait gagner si facilement. A cette pensée, il changea tout à coup et se mit sur la première des charrettes où Nandi Vishala était déjà attelée. - Allez, avance, cria-t-il brusquement. Surprise du ton qu'il avait adopté, la vache resta interdite. -Mais vas-tu avancer, oui? Fainéante! dit encore le brahmane qui eut tout à coup peur de perdre son pari. Le marchand riait à gorge déployée des efforts de son adversaire. Nandi Vishala , quant à elle, était furieuse d'être traitée ainsi alors qu'elle avait toujours rendu service à son maître. Elle décida de lui jouer un tour et refusa d'avancer d'un centimètre. Après quelques tentatives infructueuses où le brahmane s'évertua à injurier sa vache, il dut enfin renoncer. - Allez! dit le marchand toujours en riant. Tu ne croyais pas sérieusement qu'une seule vache, aussi forte qu'elle puisse être, pourrait le faire, si? Le brahmane ne répondit rien et lui donna les 1000 roupies, ses économies de plusieurs années. Il rentra tristement sans mot dire, suivi de sa vache. Pendant plusieurs jours, le brahmane ne parla plus, ni ne dormit. Nandi Vishala n'était plus en colère et se trouvait même ennuyée du tour qu'elle lui avait joué. Certes, son maître méritait une leçon mais il n'était pas méchant. Elle lui parla à nouveau: - Eh bien mon maître, qu'as-tu? - Comment, qu'est-ce que j'ai? répondit-il encore furieux. Tu m'as promis que je gagnerai 1000 roupies et voilà que j'ai perdu toutes mes économies! Je suis un homme ruiné. - Pourquoi m'as-tu insultée ce jour-là? T'ai-je jamais désobéi auparavant? Ai-je jamais reculé devant le travail? Tu n'avais pas le droit de me traiter ainsi. Réfléchissant, le brahmane se repentit : - Pardon, mon amie. C'est vrai j'ai perdu mon sang-froid que l'autre jour, mais aujourd'hui me voilà bien puni, confessa-t-il. - Tu as toujours été bon pour moi, je veux bien t'aider à nouveau. Retourne voir le marchand et fais le même pari mais cette fois, la mise en jeu sera de 2000 roupies. - Comment? Mais je ne les ai pas! s'écria l'homme. - Fais-moi confiance! Si tu redeviens le gentil maître que j'ai toujours connu, je t'assure que tu n'auras pas à le regretter. Rassuré, le brahmane retourna voir le marchand. Cette fois, ce dernier éclata franchement de rire: - Décidément, je ne te comprends pas! Tu as déjà joué une fois et tu as perdu. Et te revoilà devant moi, en pariant cette fois le double de la première mise? Non, je ne comprends plus mais j'aime les gens un peu fous et j'accepte ton nouveau pari. - Cela est dit. A demain donc! dit le brahmane en souriant. Le lendemain, le brahmane et sa vache furent à l'heure au rendez-vous. L'homme n'en menait pas large car il savait que s'il perdait, il serait dans une très mauvaise passe. Mais les doux yeux de Nandi Vishala le rassurèrent quelque peu. Tout se passa sans problème. Le brahmane attela sa vache à la première voiture et monta pour prendre les rênes. Puis, il lança, le coeur battant: - Allez, mon amie! Avance doucement! Voilà... Et Nandi Vishala tira les 100 charrettes sur plus de cinq cent mètres, sans efforts apparents... Le marchant ouvrait de grands yeux! Impossible qu'une vache soit aussi forte. Il interpella le brahmane: - Bravo, tu as gagné! Voilà tes 2000 roupies, tu les as bien méritées! Dis-moi, combien vends-tu ta vache? Je t'en donne 3000 roupies! - Oh monsieur, vous n'y pensez pas! Nandi Vishala est ma meilleure amie et j'ai compris maintenant que cela n'avait pas de prix! Mais merci, et à bientôt! Le riche marchand n'en revenait pas! Décidément, ce brahmane était fou: refuser 3000 roupies pour une vache, cela ne s'était jamais vu!!. Le brahmane rentra chez lui avec ses 2000 roupies, le coeur léger. Il remercia sa vache: - Et surtout merci de m'avoir donné cette leçon. Je sais désormais que l'argent n'est pas tout ! Et je continuerai à prendre soin de toi, comme auparavant.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :